Avertissement: Les informations qui vont suivre sont dites alternatives et n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Consultez obligatoirement votre médecin traitant en matière de santé.

Atelier vidéo gratuit (1h) ▶ Les secrets de la VRAIE méditation

Dans cet article, vous allez découvrir comment respirer pour méditer. La méditation repose beaucoup sur le souffle. Or il y a plusieurs façons de respirer, et certaines techniques respiratoires facilitent la méditation.

alt_a_changer

Bien respirer en méditation : tout en douceur

La méditation vise à atteindre la sérénité, le calme intérieur, le bien-être, bien loin du tumulte mental souvent ressenti tandis que les idées et les pensées se succèdent à un rythme effréné, semant dans leur sillage du stress et divers maux.

La respiration est indissociable de la méditation. Elle permet à la fois de se concentrer et de se détendre. Pour cela, le souffle doit se faire le plus doux possible, presque imperceptible.

C’est en mobilisant le diaphragme que le souffle se fait profond tout en restant léger. Il n’y a pas d’à-coup pour l’organisme contrairement à d’autres techniques comme la respiration profonde.

En méditation, il est préférable de respirer par le nez, tout en sollicitant le diaphragme donc. L’inspiration se fait légèrement plus longue que l’expiration. Ce rythme est adéquat pour réguler les flux d’oxygène et de CO2 dans l’organisme et assurer son bon fonctionnement.

Le diaphragme détendu mobilise les poumons à leur pleine capacité, garantissant la bonne oxygénation de l’organisme et un apaisement quasi immédiat des tensions. Il leur insuffle un va-et-vient régulier au rythme des inspirations-expirations. Ce mouvement agit comme un massage profond et relaxant des muscles et des organes vitaux.

L’organisme plonge alors dans un bien-être physique et psychique tout à fait propice à la méditation.

Idéalement, le souffle ne doit pas être modifié pour méditer. Il est donc utile d’avoir un diaphragme détendu avant de vouloir méditer.

L’importance du diaphragme libre lorsqu'on médite

Avoir la respiration normalisée dépend donc du diaphragme. Or celui-ci a vocation à absorber tous les chocs physiques et émotionnels auquel l’organisme peut être soumis au quotidien. Il est de ce fait très sollicité jour après jour et peut finir par se tendre sous les impacts répétés.

Un diaphragme bloqué ne remplit plus correctement son rôle et entraine un dérèglement de la respiration. Méditer devient alors de plus en plus difficile.

Avoir le diaphragme bloqué n’est pas définitif. Il s’agit d’un muscle, il est donc possible de le rendre de nouveau souple.

Grâce à l’aide d’un coach en respiration, il est facile et rapide de retrouver un diaphragme souple et détendu. La technique repose elle aussi sur des exercices respiratoires adaptés à cet objectif. Simples à maitriser grâce aux conseils et aux astuces du coach en respiration, ils peuvent être pratiqués en toute autonomie aussi souvent que nécessaire, par exemple avant sa séance de méditation.

Parfaitement détendu, l’organisme dans son ensemble, le psychisme en particulier, est prêt à entrer dans un état méditatif. Les bienfaits de la méditation sont alors plus intenses, plus vite ressentis et plus durables.

Les exercices respiratoires proposés par le coach en respiration présentent aussi l’avantage de pouvoir prolonger l’état d’esprit zen et serein retrouvé à la fin de sa séance, en les pratiquant dès qu’une pointe d’angoisse ou de stress est ressentie.


Les secrets de la méditation (atelier vidéo gratuit de 1h) ▶ Découvrez les pièges à éviter (90% des gens tombent dedans) ainsi que la méthode pour calmer efficacement votre mental (protocole jamais vu ailleurs).

Lire aussi :

L'article précédent : Méditation chrétienne et chemin de croix

L'article suivant : Méditation en pleine conscience : méthode MBSR